06 mars 2011

5. All and Everyone

Tout et tout le monde

 

On trouvait la mort partout,

dans l’air

et dans les sons

qui s’échappaient des buttes

de la crête de Bolton.

La mort  était comme une ancre.

Quand tu t’es roulé une cigarette

ou que tu as fait une blague,

elle était dans les rires

et l’eau que tu vennais de boire,

elle s’approchait de la plage

telles les cordes des vedettes,

jetées à la mer  et se répandant tout autour de nous.

 

On trouvait la mort dans une vielle forteresse,

criblée de millions de balles

provenant des artilleurs, attendant au milieu des cadavres

avec les cœurs menaçant de sortir de leur boîte,

comme nous avancions sous le soleil

la mort se trouvait en tout et en tout le monde.

 

On trouvait la mort suspendue dans la fumée et résonnant

sur  400 hectares  de front de mer souillé.

Un banc de terre rouge, qui filtrait la mort

maintenant, et maintenant, et maintenant.

On trouvait la mort partout,

Dans l’air

et dans les sons

qui s’échappaient des buttes

de la crête de Bolton.

La mort  était comme une ancre.

On trouvait la mort sous un soleil de plomb

Posant son œil sur nous tous.

Elle faisait craquer les os de ces cavaliers 

Qui s’étendent encore là-bas à l'air libre.

 

Comme nous, avançant sous le soleil

chantant « La mort sur tout et tout le monde ».

- - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - -

5

Posté par daturableu à 12:24 - Commentaires [0] - Permalien [#]


Commentaires sur 5. All and Everyone

Nouveau commentaire